Uniquement Vôtre

Steve Austin (L'homme qui valait 3 Mia.) vivait à Lausanne en '78 ! - The Vintage Tribune

BillAustin.jpgSteveAustin.jpg
...ou presque!
Il avait un sosie que bien du monde dans la région connaissait sous le nom de Bill. Voici l'histoire qu'il nous a fait parvenir, ce récit est une vraie perle!

"Je me nomme Blaise Carrard, alias "Bill"et en 1978 j'avais 19 ans. Je mesurais 1m. 92 pour 90 kgs, et depuis mon adolescence, tout le monde me disait que je ressemblais à un acteur américain, sans jamais préciser lequel. Mon père était dans les affaires, de ce fait nous voyagions beaucoup. Nous avons vécu au Mexique de 1972 à 1977.
Un jour en mai de 1976, pour les 16 ans d'un ami très riche, nous avons fait une fête énorme dans son Hacienda de Julimes, près de Chihuahua. Les garçons avaient transformé la piscine en bar flottant et les filles regardaient des séries Tv sur un poste couleur énorme. A un moment, j'ai reconnu en bruit de fond le générique de "The six million dollar man" ( L'homme qui valait 3 Mia) Soudain, elles se sont mises à hurler et m'ont couru après, ont arraché ma chemise et voulaient toutes mon autographe. Je n'ai d'abord rien compris, puis j'ai saisi qu'elles me prenaient pour Lee Majors, j'ai bien ri, ai eu beau leur expliquer, rien à faire.... Depuis ce jour-là et pour les quelques années qui suivirent, j'ai voulu profiter de cette ressemblance bienvenue et je me suis complètement identifié au personnage de Steve Austin.
De retour en Suisse, je n'ai pas voulu perdre les avantages de ce cadeau de la nature. Malheureusement, l'homme qui valait trois milliards n'était pas aussi populaire qu'au Mexique. je me suis mis en tête de démontrer aux filles de Lausanne les merveilles de la Bio-ionique. J'ai acheté un trampoline et ai commencé mes exploits dans mon jardin derrière chez moi. Je sautais depuis le toit de mon garage et tentais de passer par dessus la haie pour arriver dans le compost de notre vieille voisine, Mme Pascale. Je me suis loupé plusieurs fois et ai terminé dans ses salades où ai rebondi contre le crépi de la maison, J'ai fini une fois à l'hôpital car j'ai failli m'empaler sur le portail de mes autres voisins. J'étais vraiment un peu fou.
Une fois mon numéro au point, j'ai enregistré sur cassette les bruitages de la série et suis descendu un vendredi soir dans le quartier du Flon avec un ami qui avait acheté une voiture avec une super installation sono pour l'époque. On avait prévenu plein de filles, qui sont venues avec une caméra "Bolex" pour filmer mes exploits qu'on pourrait ensuite repasser au ralenti, comme dans la série.
Ce qui suit est très humiliant. Mon ami a mis la musique du générique à fond dans sa voiture et j'ai sauté, devant une vingtaine de demoiselles, depuis le toit d'un camion-grue sur mon trampoline. Au lieu d'atterrir sur un matelas quelques mètres plus loin, j'ai été éjecté sur la gauche et ai terminé mon vol à travers le toit de toile d'une "Mehari" stationnée là pour la nuit. Tout le monde est parti en courant car deux passants ont commencé à hurler. Choqué,je ne pouvais pas m'enfuir. Le propriétaire de la "Méhari" a tout de suite été prévenu. Ca m'a coûté très cher et on m'a confisqué mon trampoline.
J'ai remis ça un mois plus tard à Rolle. J'avais trouvé des grands panneaux en Sagex sur un site de construction et j'ai entrepris de construire un faux mur que je traverserais devant les yeux admiratifs de mes fans. Il y'avait plein de panneaux et chaque jour, j'en prenais deux ou trois. Mon mur terminé (dans une zone ferroviaire desaffectée), il mesurait 3m. de haut. Le sommet du mur était en vraies briques de 20 Kg et le tout recouvert d'un enduit gris très réaliste.
Le soir prévu, tout le monde est venu me revoir. Je me suis lancé contre ma construction quand mon ami a remis le générique en route et j'ai presque traversé le mur. Une des vraies briques m'est tombée sur l'épaule et j'ai encore dù aller à l'hôpital. Quelques jours plus tard, j'ai eu une autre surprise. Le père de la fille qui m'avait filmé était gendarme
et a vu la projection de mes exploits sur grand écran. Il a reconnu l'endroit d'où une plainte avait été déposée pour vol de matériel de chantier. Vous imaginez la suite...
Bref, j'ai 48 ans aujourd'hui et je suis guéri. J'ai abandonné le projet de me faire greffer un bras en acier et suis tout à fait normal. Bon, ma fille s'appelle quand même "Jamie" mais c'est ma femme qui à choisi le nom..."

Cher Blaise, bravo pour votre auto-dérision, on adore!!! Votre conclusion est à mourir de rire et votre photo saisissante!!!
Vintage-One.net vous offre ce t-shirt:
www.vintage-one.net/product_info.php?cPath=2_14&products_id=73
Merci,
Johnny Five

© 2017 Uniquement Vôtre. Tous droits réservés | Powered by Artionet - Generated with IceCube2.Net